Tbilissi est la capitale de la République de Géorgie. La ville est située sur les rives de la rivière Koura. Elle couvre une superficie de 726 km2 et a une population d’environ 1 300 000 habitants. Les études archéologiques de la région ont révélé que le territoire de Tbilissi fut occupé par des êtres humains au plus tôt au IVe millénaire avant notre ère. La source la plus ancienne mentionnant ce lieu date de la seconde moitié du IVe siècle, sous le règne de Varaz-Bakour Ier, quand celui-ci fit construire une forteresse dans la forêt. Vers la fin du même siècle, la forteresse tomba entre les mains des Perses, avant de revenir dans les mains des Géorgiens sous le règne de Vakhtang Ier. La légende raconte que le territoire de l’actuelle Tbilissi était, jadis, complètement recouvert par une forêt dans laquelle la Cour de Mtskheta allait parfois chasser, au plus tard jusqu’en 458. Selon la tradition, Vakhtang Ier Gorgassali, roi d’Ibérie, chassait au faucon dans cette contrée boisée (parfois, le faucon est remplacé dans la légende par un petit oiseau), quand celui-ci attrapa un faisan. Mais les deux oiseaux tombèrent dans une source d’eau chaude proche, et moururent. Le roi Vakhtang fut si étonné par la découverte de sources d’eau qu’il décida de fonder une ville à cet endroit. Il nomma la ville Tpili, ce qui veut dire chaud en géorgien. Ainsi, Tpili, ou Tbilissi (endroit chaud), reçut son nom à cause de ses nombreuses sources d’eau chaude. Les territoires où le roi fit construire semblent recouper l’actuelle vieille ville de Tbilissi. La nouvelle capitale devint bientôt une ville importante dans la région, au vu de sa position stratégique et favorable, au carrefour des chemins des marchands de l’occident et de l’orient. Dominées par la forteresse, les ruelles de la vieille ville de Tbilissi s’agrippent à la colline de Sololaki. La vieille ville doit son caractère à un mélange d’églises et de vieilles maisons à balcons ouverts. Tbilissi se caractérise par une atmosphère unique et très cosmopolite où se côtoient environ 100 ethnies différentes  avec la richesse culturelle très variée due à cette diversité. Située à l’intersection de l’Europe et de l’Asie, au cœur du Caucase, sur l’ancienne route de la soie, l’architecture de la ville mêle inspirations byzantines, moyennes-orientales, européennes et russes.   Tbilissi dispose de divers endroits intéressants : les vestiges de la forteresse de Narikala, la cathédrale de Sion (du VIe siècle), la basilique d’Antchiskhati (du VIe siècle), le monastère Saint-David (du VIe siècle) et la cathédrale de la Sainte Trinité, le quartier des bains sulfureux et le quartier Chardin, la synagogue, la mosquée, le jardin botanique, le “pont sec” avec le marché aux puces, l’avenue Rustaveli, l’opéra, Mtastminda, les lacs de la Tortue et de Lissi, la rive gauche avec le quartier Marjanichvili, la passerelle de la paix, le parc de Riké et beaucoup d’autres endroits pour flâner et ressentir l’âme de Tbilissi. Pour les amateurs de culture, le musée des Arts de Géorgie d’Amiranachvili, le musée d’Histoire et d’archéologie de Djanachia, les musées-maisons des peintres d’Akhvlediani et de Gudiashvili, les galeries d’art ne manqueront pas de satisfaire les visiteurs.
IMG_3662
Svetitskhoveli-“pilier vivifiant” ou “colonne de vie”. La cathédrale Sveti-Tskhoveli représente le centre religieux, culturel et historique du pays. La première église en bois a été construite au IVe s. Elle a été remplacée au VIe s. par l’église en pierre puis a été agrandie au XIe s. pour devenir la cathédrale Sveti-Tskhoveli. Elle a été restaurée plusieurs fois après les invasions mongoles et perses. Les fondations de l’église ont la forme d’une croix. A l’intérieur de superbes fresques décorent les murs. Au centre s’élève le pilier vivifiant, à la forme quadrangulaire qui a donné son nom à la cathédrale. Plusieurs rois de Géorgie reposent au sein de cet édifice. “Main du serviteur Arsakidze, aie pitié de lui”- cette inscription trouvée sur la façade avec une main et une équerre sur le bas-relief nous annonce le nom de l’architecte de la cathédrale. La cathédrale Svetiskhoveli est particulièrement importante pour les croyants puisque elle abrite la tunique du Christ apportée au premier siècle dans le pays.
3 Galati
Guelati  est à la fois un monastère et une académie. Le complexe a été construit sous le règne du roi David le Bâtisseur au XIe s. Il contient trois églises: de la Sainte Vierge, de Saint Nicolas et de Saint George. L’église de la Sainte Vierge est la plus grande et la plus richement décorée par les fresques représentant des personnages historiques – David le Bâtisseur et les membres de la famille royale des Bagrationi. Le fond de la voûte est décoré d’une mosaïque de 2,5 millions de pièces qui représente la vierge avec les archanges. Le complexe de Guelati comprend aussi le tombeau de David le Bâtisseur, un clocher du XVIe s et le bâtiment de l’ancienne Académie très réputée depuis le XIe s. On y traduisait des bibles et des livres religieux, on y étudiait la rhétorique, la grammaire, la musique, la médecine, l’astronomie, la philosophie, l’art de la guerre et les langues.
Ananouri2
Ananuri – L’ensemble de la fortification d’Ananuri date du 17ème siècle. Il est situé sur la rive gauche de la rivière Aragvi qui suit la route militaire jusqu’à Tbilissi. Le complexe comprend une muraille, un porche, la grande église de la dormition, la petite église Gvtaeba, une tour avec un toit pyramidal typique des régions montagneuses du Caucase. Le clocher est situé sur le réservoir de Jinvali. La façade est riche d’ornements représentant des images de personnages divers, d’animaux et florales.
_IGP9372
Sighnaghi – La grande muraille de Signaghi contribue en grande partie à la beauté de la ville dont elle fait partie intégrante de l’histoire. C’est le plus long ensemble de la Géorgie (4.5 kilomètres) intégré avec élégance dans la structure urbaine de Sighnaghi. Erekle II, roi de Kakheti et de Kartli, a commencé la construction de la forteresse en 1772. Elle hébergeait non seulement les résidents de Sighnaghi mais aussi la population des villages voisins pendant les invasions. Elle inclut vingt-trois tours dont la plupart sont baptisées du nom de chaque village. Le mur est construit en galets et en briques et est percé de six portes : Magharo, Bodbe, Mashnari, Vakiri, Zairb Khovelini, Shilda. Magharo , la porte principale a été fortifiée par deux piliers. La ville de Sighnaghi est un important site touristique où se trouvent le musée national d’histoire et d’ethnographie ainsi que le Musée consacré aux œuvres du célébre peintre géorgien Niko Pirosmani.
Alaverdi 2
Alaverdi –  Cet édifice se trouve dans la vallée de l’Alazani, entouré par les sommets du Caucase. L’église, construite pendant la période de l’unification de la Géorgie, représente un exemple typique de l’architecture géorgienne. L’église de Saint George d’Alaverdi a été édifiée au XIe s. par le roi de Kakhethie, Kviriké le Grand, et devint le centre religieux de la région. L’ensemble comprend la résidence épiscopale, le réfectoire, un clocher, des thermes, une cave et le mur de défense. Selon des historiens elle a été restaurée au XVe s. et au XVIIIe s. après les invasions perses.  Le premier monastère a été fondé par un des moines syriens au VI s. Le monastère célèbre chaque 4 ans la fête religieuse ALAVERDOBA fin septembre.
P1150702
Bodbé est un monastère situé en Kakhetie. Il abrite le tombeau de Sainte Nino, évangélisatrice de la Géorgie. Ce monastère est le lieu le plus important pour le pèlerinage des croyants.  Sa première construction date des  VIIIe et IXe s. L’église est riche en fresques représentant différentes scènes bibliques. Depuis son origine le monastère abritait une école religieuse, une bibliothèque, un couvent et  un hôpital. A l’époque soviétique l’édifice a été transformé en entrepôt puis a retrouvé sa fonction première à la chute de l’URSS dans les années 1990.
P1100005
Oushguli– Le village fortifié d’Ushguli, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, se trouve en Svanetie. C’est le village le plus spectaculaire de Géorgie grâce à ses nombreuses tours médiévales. Il est en outre considéré comme le plus haut point habité en Europe puisqu’il culmine à plus de 2 200 mètres d’altitude dans un impressionnant paysage de montagne au pied du mont Shkhara. Dans une communion extraordinaire entre architecture et paysage, Ushguli a été préservé, ses nombreuses tours et ses églises médiévales sont typiques de l’architecture géorgienne de montagne. On y trouve des icônes, des fresques et de nombreuses œuvres d’art.
gonio
Gonio – La forteresse de Gonio, précédemment connue sous le nom d’Apsarun, se trouve au sud-ouest du pays, à 12 kilomètres de Batumi. Elle est de forme rectangulaire avec des portes aux quatre côtés. Le mur est protégé par dix-huit tours. La forteresse est mentionnée depuis l’époque Greco-Romaine (1er siècle). L’empire romain, Byzance, et plus tard l’Italie et la Turquie montrent un grand intérêt pour la forteresse. D’après les annales et les données archéologiques ou historiques, elle est à l’époque un point d’appui militaire très important sur la Mer Noire. Son histoire est liée aussi à l’expédition des argonautes à la recherche de la Toison d’Or.
Dmanissi
Dmanissi –  C’est l’une des plus remarquables cités médiévale de Géorgie. Sa situation géographique a joué un rôle important pour son développement économique, politique et culturel. Grâce aux fouilles archéologiques, on a découvert des murailles fortifiées par des tours et des contreforts, un tunnel secret, une basilique du IXe s., des granges et surtout des objets antiques. Les monnaies géorgiennes et étrangères ainsi que les exemples d’artisanat retrouvés lors des fouilles prouvent la puissance des échanges économiques et culturels avec le monde extérieur à la cité.  La dernière découverte à Dmanissi a bouleversé les archéologues puisque dans l’enceinte d’un château médiéval on a retrouvé deux crânes d’Homo Erectus vieux de 1,8 millions d’années. Cette découverte a permis aux scientifiques de doubler l’ancienneté de la présence humaine en Europe, en dehors de l’Afrique. Situé au carrefour des routes migratoires, c’est par le Caucase que l’Homme préhistorique venant de l’Afrique, a atteint l’Europe. C’est ainsi que Dmanissi est devenu « le berceau des premiers européens”.
IMG_0700
Le palais de Tsinandali se situe dans la principale région viticole de Géorgie, près de la ville de Telavi. Il représente le musée-maison d’un prince géorgien du XIXe s. La famille Tchavtchavadzé était une des plus puissantes de Géorgie et portait le titre de prince. Au milieu du XVIIIe s. le chef de famille était ambassadeur du roi Ereklé II auprès du Tsar de Russie. Catherine II prit son fils Alexandre comme filleul, mais Alexandre est surtout connu pour être un grand écrivain géorgien. Il tenait un salon littéraire dans son palais et recevait les personnages connus qui passait par le pays: Alexandre Dumas, Pouchkine, Griboedov… Le Musée, le grand parc arboré et la nature de Kakhéthie vous feront voyager dans le temps et le lieu le plus romantique du pays.
DSCI3182
Le palais des Dadiani se trouve dans la région de Samegrelo, à l’ouest de la Géorgie. La famille Dadiani était une des plus puissantes familles de Géorgie occidentale. Actuellement il abrite un musée intéressant où sont exposés plus de 40 000 objets ayant appartenu à la famille princière. Mobilier d’époque, armes, portraits de Napoléon, livres, une telle collection d’accessoires de l’aristocratie du XIXe est rare en Géorgie. Il contient également une relique de la Vierge ayant appartenu à la chambre du trésor de Constantinople au XVe siècle, qui, jusqu’en 1921, était gardée dans un monastère de Mingrélie. Mais le clou du musée est l’un des trois masques mortuaires de Napoléon Ier, qui atterrit à Zougdidi par l’intermédiaire de Murat, le gendre du prince Niko. Autour de l’édifice s’étend un spacieux et superbe jardin botanique qui est l’un des meilleurs endroits pour étudier les plantes tropicales. La superficie de ce jardin, fondé par la princesse Catherine avec l’aide des meilleurs jardiniers d’Europe est de 26,4 hectares.
batonistsikhe-castle-telavi-
Batonis-tsikhé ( château du maître ) Ce château se trouve à Telavi, capitale de la région de Kakhetie. Depuis un temps reculé, il était habité par les rois kakhétiens particulièrement aux 17ème et 18ème siècles. Le complexe comprend la salle du trône centrale qui contient de nombreux portraits historiques dont un d’Erekle lui-même (au-dessus du trône), un palais construit dans le style perse où Erekle II est né et mort, et des bains. Telavi redevint célèbre au milieu du 17ème siècle, lorsque Erekle II devint roi de Kakhetie. Dans le centre de la ville, la grande muraille du palais et le château ont été construits pendant son règne.  Lorsqu’il réunit la Kartlie et la Kakhetie en 1762, il s’installe à Tbilissi et transforme le palais de Telavi en résidence d’été. Erekle a combattu dans plus de cent batailles et a été blessé plus de 80 fois. Il a perdu sa dernière bataille à l’âge de 75 ans contre le Khan Persan. Forcé de fuir Tbilissi, il retourna à Telavi où il mourut à l’âge de 78 ans en 1798.
P1150563
David-Gareji – Le complexe de David Gareji se trouve dans le désert au-dessus du plateau d’Iori. Aux VIe s., treize pères syriens habitant dans le désert ont fondé ce monastère. Ils ont joué un rôle décisif dans l’histoire de la Géorgie chrétienne. Des fresques embellissent les murs de l’église creusée dans la roche (les plus anciennes remontent au 8ème siècle) Elles ont une valeur artistique unique dans l’iconographie géorgienne. Elles représentent des portraits de rois et nobles géorgiens, des scènes de la vie de Sainte Nino et de David Garejeli. Le lieu a été abandonné après les invasions perses au XVIe siècle.
IMG_3805
Uplistikhé – La forteresse des Dieux. Ce site troglodyte se situe sur les rives de la Koura. Il date du XVIe s. avant notre ère. Sa superficie est d’environ 5 hectares. A l’époque il pouvait abriter jusqu’à 20 000 habitants. Le site comprend les vestiges d’un théâtre, d’une pharmacie, des salles royales, de l’église de St George du Xe s. Uplistsikhé était une cité fortifiée de l’époque chrétienne et un refuge pour la famille royale et la noblesse de la région
IMG_0901
Varzia – Le monastère est situé sur la banque gauche du fleuve de Mtkvari, 30km loin d’Aspindza, en Géorgie méridionale. Elle se trouve dans la falaise raide et contient de treize étages, 250 cavernes, l’église principale, ornée par les fresques Giorgi III et de Reine Tamar. Le complexe royal a été fondé par la Reine Tamar, entre 1184 et 1213. Le complexe inclut des cellules, un réfectoire, des chapelles, une cloche, des tunnels secrets qui descend vers la rivière et des salles de protection. Le monastère a été fourni de l’eau potable par des eaux de sources de montagnes.

Facebook

*/?>